Trieste: histoire et itinéraires touristiques

Si l’on pense au Friuli Venezia Giulia on pense surement à Trieste, ville riche d’histoire et culture, mais aussi la ville plus peuplée de la région. Une autre petite curiosité concernant la ville est qu’avec ses 25’000 habitants, Trieste se positionne à la 15ème place parmi les communes plus grandes d’Italie. Voulant individuer le moment historique qui voit la naissance de la ville, on doit souligner que, bien que ses origines soient lointaines, les traces plus anciennes en absolu ne sont pas assez suffisantes pour donner des faits certains qui la concernent. De toutes façons, déjà dans le millénaire lointain A.C la ville commençait à se développer : traces de l’âge préhistorique ont été retrouvée dans nombreux endroits et donc on peut affirmer que, celle qui aujourd’hui est appelée Trieste, était à ces temps-là habitée par des peuples illyriques et indo-européens. Cependant, en 181 A.C l’Illyrie fut conquise par les Romains, qui après la guerre d’Istrie du 178-177 A.C, commencèrent à s’établir sur le territoire, en soumettant aussi les populations qui vivaient dans ces zones. Celle qui auparavant s’appelait Tergeste fut assimilée et colonisée durant l’époque césarienne et on peut y trouver une importante mention dans le De Bello Gallico. Mais naturellement, avec la chute de l’Empire Romain d’Occident, la ville fut prise en main par les byzantins et successivement par les Francs. On doit par contre attendre le 1719 pour voir la Trieste que nous connaissons aujourd’hui, vu que seulement dans cette année-là Charles VI donna ses privilèges qui la rendirent un port franc : de cette façon la ville grandit, ainsi que sa richesse et cela jusqu’en 1800, quand elle devint le centre névralgique de l’empire d’Augsbourg. Mais depuis quand Trieste fait partie de l’Italie ? Comme nous savons bien, soit Trente soit Trieste furent objet de l’irrédentisme qui entre la fine du XIX et le début du XX siècle, anima la péninsule italienne. La classe bourgeoise de Trieste, pas entièrement satisfaite de la gestion du pouvoir de la part des Augsbourg, avait comme but l’annexion à l’Italie et toujours majeures furent les manifestations en faveur de l’Italie qui se déroulaient presque quotidiennement et qui pour la majeure partie des fois, venaient durement réprimées. Les Augsbourg en effet visaient à diminuer l’influence italienne pour donner un majeur espace aux allemands et aux slaves. Tout cela s’acheva seulement en 1920 quand, avec le traité de Rapallo, fut tracé le passage définitif de la ville à l’Italie. D’ailleurs, il est le cas de préciser qu’actuellement Trieste est une importante ville de mer, son port est en effet le premier port d’Italie concernant le trafic de marchandises et le transport de passagers, vers l’Albanie par exemple. En effet, une des façons pour rejoindre Trieste est sans doute celle de prendre un ferry depuis le port que vous désirez, consultez donc http://www.ok-ferry.fr/fr/ports/ferries-trieste.aspx .

Trieste Palazzo del Comune

 Photo CC BY-SA de MrPanyGoff

Mais Trieste n’est pas seulement histoire, mais beaucoup d’autre encore, vu que c’est une ville qui, grâce à sa position stratégique, a été un carrefour ardent durant le cours des siècles et tout ce qui est passé par là a laissé des traces indélébiles. Voilà pourquoi il y a des architectures civiles et religieuse qui datent de chaque époque et à ne pas rater absolument si l’on décide de faire un tour en ville.
Jusqu’à quelque décennie en arrière, la ville de Trieste n’était pas valorisée comme maintenant, mais dans les dernières années nous assistons à un réel boom touristique qui la rend la destination préférée des plus jeunes mais aussi ceux plus âgées apprécient ses beautés.
Les destinations à ne pas manquer pour touristes qui arrivent à Trieste sont nombreuses et nous voulons en citer quelques-unes, en suggérant cependant de faire un tour approfondi pour en découvrir toutes ses beautés et même celles moins connues.

La Cathédrale de Saint Giusto est un des monuments plus importants de Trieste, aussi parce qu’il s’agit de l’église dédiée au saint protecteur de la ville. Il s’agit d’une cathédrale qui surgit sur ce qu’il reste d’une basilique paléochrétienne, dont les restes ont été incorporés. Celle que l’on connait aujourd’hui n’est pas la version initiale de la cathédrale vu que cette dernière a subi, dans le cours des siècles, nombreux changements et beaucoup de modifications qui l’ont rendue telle qu’elle est maintenant. Malgré cela il faut toute de même souligner que la Cathédrale fut rasée au sol et reconstruite dans un temps passé, mais il n’est non plus pas facile pour les experts en comprendre la raison. La Cathédrale comme on la connait aujourd’hui assume en substance la forme du ‘30’, quand fut achevée la nef centrale et le tout fut enrichi en un parfait style gothique. Une particularité de la Cathédrale est que les deux absides latérales sont décorées avec des mosaïques faites par des maîtres vénitiens et de Constantinople. Une autre caractéristique est la présence d’un orgue à canne Mascioni opus 345 de construction beaucoup plus moderne (1922) construit à la place du model précédent qui fut détruit durant la Grande Guerre. A aussi une énorme importance le mosaïque et la statue de Saint Giusto. Très belle est aussi la Basilique de Saint Silvestro, petite dans ses dimension, mais très intéressante à découvrir. Aujourd’hui cette basilique est le site de la communauté évangélique reformée, mais son histoire a des racines moins lointaines : elle fut construite au XII siècle, en parfait style roman. Dans le cours des siècles ont été apportées nombreuses modifications qui n’ont pas cependant altéré l’aspect initial. Très intéressante est la tour campanaria qui très probablement avait le but de défense durant l’époque médiéval. A’ son intérieur on peut observer une plante irrégulière et sans abside et celle-ci est une particularité qui rend cette église unique. Trieste, depuis toujours, est une ville multiethnique et très ouverte et on peut le constater aussi à travers la présence d’une synagogue hébraïque, de l’Eglise Anglicane de Christ, de l’Eglise serbe-orthodoxe de la Sainte Trinité et de Saint Spiridione, de l’Eglise Evangélique luthérienne de confession augustine et de l’Eglise Evangélique Méthodiste. Encore à ne pas manquer le Temple dédié à Sainte Marie Mère et Reine de Montegrisa, l’Eglise de Saint Nicolo’ des Grecs, l’Eglise de Saint’Antonio Taumaturgo et les autres petites églises qui se trouvent sur tout le territoire citadin.

trieste Canal Grande

 Photo CC BY-SA de Zinn 

En ce qui concerne l’architecture civile, nous signalons les châteaux, c’est-à-dire le Château de Saint Giusto et le château de Miramare. Ce dernier fut la résidence des Augsbourg et aujourd’hui c’est une des majeures attractions touristiques de la ville. Un fait très intéressant s’est déroulé en 2013, quand le château en question a été le 25ème site italien plus visité. Il se trouve à 6 km du centre ville, dans la fraction homonyme de Miramare et il est en style néo-médiéval. Naturellement aujourd’hui c’est une propriété de l’Etat et il peut être visité entièrement. Le château de Saint Giusto, par contre, a des origines très lointaines et il est situé au centre ville. On peut visiter la chapelle, la cour, la Sale Caprin et, aujourd’hui, elle fait partie des demeures historiques italiennes.

Mais qui arrive à Trieste ne peut ne pas visiter la Place de l’Unité d’Italie, et ne peut ne pas faire un saut dans le célèbre Café San Marco qui, en passé, fut le lieu de retrouvailles des plus grands intellectuels européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>