Igoumenitsa tout ce qu’il faut voir

L’une des villes grecques où arriver le plus facilement en bateau depuis l’Italie est certainement IGOUMENITSA.

Igoumenitsa

Photo CC-BY-SA 3.0 de Evmeos

En effet, ce port est situé dans la partie la plus septentrionale de la côte grecque, sur la Mer Ionienne. Igoumenitsa  (ou Igoumenitza) fait partie de l’antique Région de Thesprotia, aux portes de l’Épire. Derrière la ville, en direction de l’intérieur du pays, il y a la chaîne de montagnes du Pinde. En regardant au contraire vers l’Italie, en face de la ville, il y a l’île de Corfou.

Si on arrive en bateau on voit devant soi ce qui ressemble à une vraie carte postale: la mer, le port, la ville et, derrière, le vert des forêts sous le ciel bleu. La nature est particulièrement luxuriante grâce surtout au climat balkanique qui est très froid en hiver et chaud en été, mais sans atteindre jamais les températures torrides typiques des pays du Sud.

En débarquant à Igoumenitsa on pourra constater que la ville est complètement moderne et qu’ il n’y a pas de centre historique comme dans la plupart des villes grecques; il n’y a pas non plus de monuments ou églises antiques à visiter. Cela est dû au fait que, malheureusement, toute la ville a été détruite pendant la deuxième guerre mondiale. Ses habitants ont entrepris ensuite la reconstruction, mais bien sûr dans le cas des monuments historiques il n’y avait plus rien à faire.
Il reste cependant quelque chose à voir, comme par exemple la FORTERESSE DE RAGIO avec ses hauts murs de 5 mètres qui devaient protéger la ville des assauts. En plus des ruines, on peut y admirer quelques objets de l’âge du bronze.

Le port de Igoumenitsa a été reconstruit en 1960; par la suite, en 2003, a été réalisé le nouveau port. Il était devenu nécessaire car la ville, grâce aussi à sa position stratégique, a une grande affluence, surtout de voyageurs maritimes. Il y a plusieurs ports italiens, sur la Mer Ionienne et sur l’Adriatique, depuis lesquels partent les ferry pour Igoumenitsa: depuis Brindisi, par exemple, la traversée dure environ 8 heures (vous pouvez réserver des billets pour le ferry ici).

New_port_of_igoumenitsa

Photo CC-BY-SA 3.0 de Evmeos

Depuis Igoumenitsa on peut aussi rejoindre très rapidement en bateau l’Île de CORFOU qui est tout près, comme d’ailleurs l’Île de PAXI.
Si on arrive à Igoumenitsa en ferry et on a embarqué sa propre voiture ou moto, alors on peut s’engager sur la fameuse EGNATIA ODOS. C’est l’autoroute qui relie Igoumenitsa aux principales villes grecques. On traverse la chaîne de montagnes du Pindo pour arriver très rapidement à Thessalonique, Ioannina ou Athènes; cette dernière se trouve à 480 kilomètres. La Egnatia Odos arrive jusqu’à la frontière avec la Turquie, au poste de Kipi.
Si l’on n’a pas de voiture, il est très simple d’en louer une dans les nombreuses agences de location présentes en ville.

Le fait de voyager dans les zones internes du pays rendra certainement les vacances plus intéressantes car cela permettra de voir et visiter des lieux moins touristiques et plus pittoresques.

Un des lieux les plus magiques et pittoresques de toute la Grèce est sans aucun doute celui qui est situé à proximité de la ville de Kalambata: LES METEORES. Il est vrai que ce n’est pas tout près de Igoumenitsa, mais le déplacement en vaut largement la peine.
Il s’agit de monastères orthodoxes construits sur de hauts rochers, tellement hauts à donner le vertige rien qu’à les voir de loin (le nom météores signifie justement « au milieu de l’air »).
En regardant ces monastères on se demande comment il a été possible de les construire en haut des rochers. Et pourtant, même si cela paraît incroyable, on en a construit 24! Mais il en reste sur pied seulement 7, dont 6 habités par les moines. Ce sont: Agios Stefanos, Agios Nikolaos, Aghia Triada, Gran Meteor, Varlaam et Roussanou. On peut arriver aux monastères par des escaliers dans la roche. Attention car, pour pouvoir visiter les monastères, les femmes doivent avoir les jambes couvertes (les moines fournissent éventuellement du tissu pour se couvrir). LES METEORES ont été déclarées Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco en 1988.

On peut aussi tranquillement se déplacer avec les bus qui relient plusieurs fois par jour Igoumenitsa aux plus importantes villes grecques,  comme d’ailleurs aussi aux principaux centres balnéaires comme PARGA, SAGIADA et SIVOTA ou les plages de PLATARIA. Cette dernière localité se trouve à 12km de la ville, en direction Sud; il s’agit d’un petit village de pêcheurs et on peut y manger dans l’une des nombreuses et économiques  tavernes du bord de mer. Ses plages SOUFIS, ELENA et ELIA sont très appréciées par les touristes.
La plage de DREPANOS se trouve à moins de 5 km du port de Igoumenitsa; elle s’étend sur 7 km. On peut voir une splendide étendue de sable blanc, une mer parfaitement limpide et des pins et des eucalyptus qui dispensent leur ombre et leur parfum.
Si on reste en ville, il y a plusieurs hôtels, même économiques; dans les tavernes et restaurants à proximité du port ou sur la côte on peut déguster les plats typiques grecs. Il vaut mieux éviter les restaurants qui proposent les mets internationaux ou italiens: il est certes préférable de profiter des vacances pour goûter tout ce que la cuisine grecque offre de bon.

De cette façon on pourra dire d’avoir fait tout ce qu’il faut pour connaître le territoire avec toutes ses caractéristiques et les vacances seront ainsi sans aucun doute pleinement réussies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>