Us, coutumes et traditions Grecques

Impressionnants vestiges de l’antiquité, fascinants voyages dans la mythologie, mais aussi contradictions de sa modernité: la Grèce est tout cela. Ses traditions et ses coutumes peuvent faire connaître un peu mieux ce peuple très lié aux mythes classiques mais, malgré tout, très contemporain.

Les innombrables touristes qui arrivent chaque jour en Grèce, en avion ou en bateau (cliquez ici), sont attirés par ses plages mais aussi par sa culture, son histoire et ses traditions.

parthenonPhoto Public Domain

Les traditions grecques proviennent en grande partie de la religion (le peuple grec est très religieux) mais, pour certaines coutumes, on ne peut certes pas dire qu’elles soient dictées par la foi. Il est vrai que le peuple grec, s’il est très religieux, est aussi très superstitieux, et on peut le constater dans plusieurs occasions. Plus on pénètre dans l’arrière-pays, dans les petits villages de bergers, et par conséquent on s’éloigne des grandes villes et des ports touristiques, plus augmentent les superstitions.

Tout au long de l’année, chaque célébration religieuse ou fête païenne comporte au moins un rite propitiatoire ou qui sert à chasser le malheur (mauvais oeil). Toutes les festivités se basent sur des traditions et ces dernières font aussi partie de la vie courante. Voyons donc quelques exemples afin de mieux comprendre tout cela:

À Nouvel-An (pour les Grecs c’est aussi la fête de Saint Basile), au cours de la soirée du 31 décembre, de nombreux jeunes gens vont d’une maison à l’autre en tenant dans la main un fruit de grenadier, qui est un symbole de prospérité, en voeu de bonheur pour la nouvelle année.

Une autre coutume de Nouvel-An, toujours en l’honneur de Saint Basile, est celle de manger un gâteau traditionnel qui s’appelle Vassilopita; au moment de la préparation de ce gâteau on y ajoute une monnaie qui a pour but de porter chance au convive qui la trouvera.

Le Carnaval est fêté dans le pays entier avec des bals masqués, des défilés et divers jeux; le Carnaval le plus fameux est celui de Patras. À Ioanina, dans la partie nord-occidentale de la Grèce, il y a des danses autour des feux ainsi qu’un mât de cocagne sur la place principale de la ville.

patras-carneval

Photo CC-BY-SA de Tonyesopi

Lors de toutes les festivités, la musique populaire ne peut absolument pas manquer. Les instruments de musique traditionnels jouent des mélodies poignantes qui se transforment en une musique rapide et entraînante. Si l’on n’a jamais entendu cette musique, on ne peut imaginer comment il est difficile d’y résister et de ne pas danser! Les danses traditionnelles grecques sont nombreuses mais la plus fameuse est certainement le sirtaki.

À la fin du Carnaval, pour marquer le début de la période de Carême, il y a la journée Kathari Deftera, c’est-à-dire le  » lundi pur »; en général toutes les familles sortent pour un pique-nique et les enfants font voler des cerfs-volants.

Lors des festivités, mais aussi tous les jours, les Grecs boivent l’ouzo, leur boisson traditionnelle. Il s’agit d’un distillé au goût d’anis. Il est facile de trouver cette boisson dans les tavernes grecques qui proposent les spécialités locales.

Une coutume qui n’a certes pas des origines religieuses mais fait plutôt partie des superstitions populaires est celle de cracher à trois reprises par terre après avoir parlé d’un événement funeste ou de n’importe quel fait négatif; il ne faut donc pas se fâcher si au beau milieu d’une conversation on voit quelqu’un qui le fait car il pense que cela sert à chasser la négativité.

Le mauvais oeil fait très peur aux Grecs, surtout dans les campagnes et aux personnes âgées; pour éloigner le malheur ils portent des amulettes qui représentent un œil bleu (on trouve ces amulettes dans tous les magasins de souvenirs). Les enfants portent souvent des colliers de perles bleues qui devraient les protéger; on peut même voir des animaux, comme par exemple des mules, avec au cou ces amulettes. L’explication de cette superstition est très simple: on pense que c’est dans le regard que passent les mauvaises pensées des envieux et des jaloux et on essaie ainsi de les détourner.

Si vous avez la chance d’être invité chez un Grec, il faut être prêt à manger beaucoup; il est tout à fait inutile de refuser de faire remplir l’assiette à chaque instant car elle ne peut à aucun moment être vide, et ce jusqu’au dessert. Cela peut paraître un peu excessif, mais la générosité et la gentillesse de votre hôte fait oublier ce qui peut être considéré un inconvénient. Il faut dire aussi que le plaisir de votre visite est tel que toute sa famille aura été invitée et que tout cela se traduit par un « repas à la grecque » très animé qui laissera certainement un excellent souvenir!

S’il s’agit d’une invitation pour le souper, inutile de se dépêcher pour arriver tôt, car sûrement on ne soupera pas avant 22 heures. En Grèce, l’après-midi, on fait la sieste et donc, avant 17 heures, personne ne bouge (cette habitude de la plupart des habitants des pays du Sud est assez justifiée vu que, au début de l’après-midi, il fait tellement chaud qu’il est impossible de sortir et de faire n’importe quoi). Le résultat est que tout, donc le souper aussi, est retardé de quelques heures, surtout si on fait une comparaison avec les pays du Nord!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>