Author Archives: Laura

Que voir et que faire à Ancone

Découvrez ici tout ce qu’on peut voir et faire à Ancona.

En regardant la position géographique d’Ancona on peut constater que cette ville se trouve au centre de la côte adriatique. C’est justement à cause de cette caractéristique qu’elle est aussi un port très important pour la navigation sur l’Adriatique. Depuis Ancona on peut aller en Croatie, en Albanie et en Grèce, mais il y a aussi maintes autres destinations.

Depuis le port on peut déjà voir l’Arc de Traiano datant de l’an 115, construit par Apollodoro de Damasco, et la Mole Antonelliana édifiée par Vanvitelli en 1733.

anconaPhoto CC-BY-SA de Claudio.stanco

Sur le Colle Guasco, en une position telle à dominer toute la ville, se trouve le Duomo en style romanique, avec des influences byzantine et gothique. Lors de sa construction il fut dédié à San Lorenzo puis, au XIVe siècle, il fut consacré à San Ciriaco, le saint-patron de la République Marinière. Dans le Musée du Duomo est conservé le sarcophage romain de Gorgonio, du IVe siècle.

Au Musée Archéologique National peuvent être admirés des objets de l’âge du fer et des civilisations romaine, grecque et étrusque.

L’Église de Santa Maria della Piazza est de style romanique; elle a été construite au XIe siècle sur deux précédentes églises des Ve et VIIe siècles.

L’Église de San Francesco delle Scale a été édifiée en 1323 et restaurée en 1972; elle a un splendide portail en marbre de style gothique vénitien.

L’Église de San Domenico est du XVIIIe siècle; elle conserve une magnifique oeuvre du Titien: la « Crucifixion ».

Le Palais du Gouvernement est du XIVe siècle; il a été successivement agrandi sur dessin de Francesco di Giorgio Martini. La Tour Civique est située à côté du Palais Gouvernemental.

La côte d’Ancona est composée de belles plages de sable. En direction Sud, à peu de kilomètres de la ville, il y a le promontoire du Conero qui, avec son éperon rocheux, interrompt le parfait alignement des plages. Le Mont Conero domine l’Adriatique du haut de ses 572 mètres. Le promontoire offre des paysages très suggestifs; en 1987, afin de préserver sa faune et sa flore, a été institué le Parc Régional du Mont Conero. Les symboles du Conero sont les récifs des « Due Sorelle »; à proximité de ces derniers il y a le petit bourg de Portonovo autour de la forteresse édifiée en 1810 par Eugène de Beauharnais. Près de la forteresse napoléonienne, il y a l’Église romanique de Sainte Marie de Portonovo, du XIe siècle, dont parle Dante dans le XXI chant du Paradis.

Pas trop loin d’Ancona, et plus exactement à 25 km, il y a le Sanctuaire de la Sainte Maison de Loreto, dédié à la Madone. D’après la tradition populaire, la maison de Nazareth de Marie fut déplacée par les anges tout d’abord sur le Col Tersatto, et ensuite sur le Col de Loreto. C’est ici qu’a été édifié le Sanctuaire qui est visité chaque jour par d’innombrables dévots, mais aussi par les touristes qui viennent y admirer les oeuvres de nombreux artistes. La construction, commencée en 1648, a été complétée pendant les siècles successifs, sous la direction de grands personnages comme, par exemple, Giuliano da Sangallo, Bramante et Andrea Sansovino. Toute la partie initiale est gothique, alors que les parties construites successivement sont de styles baroque et renaissance. On peut visiter, à côté de la monumentale basilique, la Salle du Trésor et, en face, le Palais Apostolique, siège des Archives Historiques et du Musée-Pinacothèque.

Que l’on reste dans le centre-ville d’Ancona ou que l’on décide d’explorer les environs, en visitant les gracieuses localités de la côte ou les suggestifs bourgs des collines, il faut absolument déguster les spécialités locales comme les fromages et les savoureux plats enrichis de truffes; tout cela accompagné par des excellents vins comme le Rosso di Conero ou le Bianchello del Metauro!

Cliquez ici pour réserver un bateau pour Ancone!

Messine Curiosités

La ville de Messine est connue surtout pour le Détroit de Messine: tous ceux qui arrivent des régions continentales, pour aller de la Calabre à la Sicile, passent forcément par le détroit .

Effectivement chaque jour, sans interruption, bateaux et ferries (cliquez ici) transportent d’un rivage à l’autre personnes, voitures, camions et diverses marchandises. Plus personne ne craint les monstres Scilla et Cariddi racontés dans la mythologie grecque: la légende dit que ces deux monstres marins contrôlaient le détroit et qu’ils faisaient sombrer les embarcations qui osaient les défier en naviguant sur ces eaux.

messina

Photo Public Domain

Le détroit unit donc Reggio Calabria à Messine mais ce n’est pas le seul lien entre les deux villes: leur passé est le même, soit dans les origines grecques, soit dans les dominations romaine, byzantine, normande et espagnole. Les deux villes subirent le même sort lors du tremblement de terre de 1908, lorsqu’elles furent toutes deux détruites; les habitants s’activèrent pour une rapide reconstruction. Un autre point commun des deux villes du détroit, cette fois-ci très agréable, est le fantastique espadon que l’on pêche dans leurs eaux et qui est apprêté de façon sublime sur les deux rivages.

La côte au Nord de Messine offre de belles plages sableuses et, direz-vous, jusque-là il n’y a rien d’exceptionnel. Ce qui est curieux est en fait le nom de ces bourgades; voici quelques exemples: Paix, Contemplation et Paradis! Il est vrai que, lorsqu’on vient dans ces lieux, on peut rester en « contemplation » devant le splendide panorama (au-delà de l’azur de la Mer on voit très nettement la côte de la Calabre), jouir de la « paix » et de la tranquillité et, enfin, se sentir au « paradis »! Ce dernier nom était celui de la propriété d’un noble, pleine de charme avec ses splendides jardins et orangers, où étaient reçus de nombreux personnages importants. Par la suite, toute la zone prit le même nom. Pour ce qui est du nom « contemplation », il est probablement dû à la Madone de la Contemplation.

Si l’on se rend de Messine jusqu’à l’extrême pointe Nord-orientale du détroit, donc jusqu’au Cap Peloro ou la Pointe du Phare, là où la Mer Tyrrhénienne rencontre la Mer Ionienne, il y a deux lacs; le plus grand, le Lac de Ganzirri, est appelé Pantano Grande. Le plus petit, le Lac du Phare, est appelé Pantano Piccolo. Ces deux lacs, reliés à la mer par des canaux, présentent une telle diversité biologique qu’ils sont devenus zone protégée. Dans le passé déjà, les habitants découvrirent que les lacs pouvaient leur donner de quoi vivre: ils commencèrent donc l’élevage des moules et des vongoles. Actuellement cette activité continue surtout dans le Pantano Piccolo.

Beaucoup d’artistes ont séjourné dans la ville de Messine: le célèbre peintre Caravaggio, après être allé à Siracuse, est resté à Messine depuis la fin de l’an 1608 jusqu’à l’été 1609. Il fut certainement inspiré par cette belle ville, vu que cette période fut très fructueuse pour lui du point de vue artistique; il reçut de nombreuses commandes, de la part de particuliers mais aussi de la part de quelques autorités locales. Il a laissé deux fantastiques témoignages de son séjour: l’ « Adorazione dei Pastori » et la « Risurrezione di Lazzaro ». Ces deux magnifiques oeuvres peuvent être admirées dans les salles du Musée Régional, où se trouvent aussi, entre autres, des oeuvres de l’artiste Antonello da Messina.

Il ne faut pas considérer la ville de Messine comme un simple lieu de passage; au contraire, c’est une ville fantastique qui mérite qu’on prenne le temps de la découvrir et de l’apprécier!

Nouvel-an en Algérie

Avez-vous déjà décidé de quelle façon commencer la nouvelle année? Vous en avez marre des habituelles soirées de bal et cotillons?

Qu’en dites-vous de faire un tour dans un pays complètement différent?

L’Algérie peut donner plein d’émotions nouvelles à ceux qui s’y rendent. C’est le plus grand pays de l’Afrique du Nord. À l’Ouest il y a le Maroc, à l’Est la Tunisie, au Sud le Mali et le Niger et au Nord, bien sûr, la Mer Méditerranéenne.

Le paysage algérien change complètement si on va du bord de mer vers le Sud du pays: on passe des plages des villes côtières aux montagnes de l’Atlas pour arriver ensuite au désert saharien et, enfin, à toute la zone de l’Haggar.

Si l’on craint un changement trop évident, on peut par exemple passer Nouvel-An dans la capitale Alger qui a beaucoup de caractéristiques pareilles à celles des autres capitales européennes, mais en même temps tous les aspects intéressants de la culture algérienne; on y arrive facilement en bateau ou en avion.

Les autres villes côtières, comme Oran, Annaba et Skikda, sont un peu moins « internationales » que la capitale mais, vu le grand nombre de touristes qui y arrivent chaque jour, elles ont tout ce qu’il faut pour intéresser les visiteurs.

En se promenant dans les étroites ruelles, parmi les colorés étalages des souks, on peut admirer des étoffes, des joyaux et des tapis et, tout en humant les odeurs et les parfums des épices, apprécier et connaître une petite partie des traditions arabes.

Nous retrouvons ces mêmes traditions dans les restaurants qui proposent les plats typiques ( le couscous, les tajines, les kefta, etc…).

En revanche, pour ce qui est des discothèques, il faut dire qu’il n’y a pas grand choix. En effet, on va plutôt dans les nights, mais il y a aussi les soirées dansantes genre piano-bar organisées par la plupart des hôtels.

En s’eloignant de la côte on découvre la ville de Constantine qui offre un paysage vraiment fantastique: imaginez une ville reliée par des ponts qui paraissent suspendus entre ciel et roches. Chacun de ces ponts est, dans son genre, spectaculaire aux yeux des voyageurs qui arrivent à Constantine: le Pont Sidi Rached, Le Pont Sidi M’Cid et le Pont des Chutes.

Si l’on aime l’aventure, on peut changer complètement de genre et décider de descendre bien plus au Sud, et de passer ainsi Nouvel-An dans le désert. Il faut préciser toutefois que le Nouvel-An berbère n’est pas fêté entre le 31décembre et le 1er janvier, mais environ deux semaines plus tard.

Les possibilités d’excursions dans le Sahara sont multiples; en général on roule en 4×4 et on monte les campements pour la nuit. Dans ce cas, il faut laisser faire aux organisateurs pour tout ce qui concerne les parcours, si l’on ne veut pas risquer que l’aventure se transforme en désastre.

sahara_desert_algeria1

Photo CC-BY-SA di Mainam123456

On peut, par exemple, arriver à Tamanrasset (Tamenghest) et, à partir de là, suivre l’un des divers parcours possibles, ou bien commencer par l’oasis Touareg de Djanet qui est le point de départ parfait pour aller dans la zone des montagnes d’Acacus; une fois arrivés on pourra admirer un spectacle incroyable: des dunes immenses, hautes jusqu’à 200 mètres alternées aux rochers de toutes les formes.

Une autre possibilité, encore plus extrême, mais réservée à tous ceux qui pratiquent déjà l’alpinisme: passer Nouvel-An dans la zone volcanique des Hauts-Plateaux de l’Haggar, au bas du Mont Tahat, le sommet le plus haut d’Algérie, pour pratiquer le sport préféré.

Une chose est certaine: quoiqu’on fasse, on ne s’ennuiera certainement pas!

Informations sur Patras

Connaissez-vous déjà Patras? Il y a en Grèce tout plein d’endroits splendides où se relaxer tout en pouvant accroître le bagage culturel; Patras fait justement partie de ces lieux intéressants sous tous les angles.

Cette ville est vraiment la destination idéale si le but des vacances est aussi celui de connaître la culture et la tradition du peuple grec (en 2006 Patras a été nommée capitale de la culture).

Il est très simple d’arriver à Patras, surtout en bateau depuis l’Italie (cliquez ici), vu que de nombreux ports italiens sont reliés à celui de Patras.

patrassoPhoto CC-BY-SA di Eusebius

Cette importante localité du Nord du Péloponnèse est située à l’Ouest de la Grèce, sur la Mer Ionienne; elle est le chef-lieu de la Région Achaïe. En voiture, on arrive en 2 heures et demie à la capitale Athènes.

L’une des caractéristiques de Patras est sans doute le très long pont qui traverse le Golfe de Corinthe, le Rion Antirion « Charilaos Trikoupis », surnommé le Pont de Poséidon. Il s’agit d’un pont très moderne, d’une longueur de 2883 mètres, qui unit Patras, ou plus exactement Rion, à Antirion, donc le Péloponnèse à la Grèce continentale.

Parmi les divers et intéressants musées de la ville, il y a : le Musée Archéologique, situé dans la Maison Karamandani, le Musée Historique Ethnographique et le Musée Folklorique.

Le Château Byzantin, sur la Montagne Panachaikos, a été construit au VIème siècle sur l’ancienne acropole; le panorama sur les Îles Céphalonie et Zante est absolument fabuleux. Divers spectacles et manifestations se déroulent dans le Château, surtout en été.

Le Festival International de Patras est très important: il se déroule à l’Odéon Romain qui offre jusqu’à 2300 places.

Une autre manifestation qui attire beaucoup de monde en ville est le Carnaval de Patras, qui est l’un des plus anciens (plus de 150 ans) et des plus importants, non seulement en Grèce; on peut le comparer au Carnaval de Venise.

Il y a aussi la Fête Patronale de Saint-André, célébrée le 30 novembre. Deux églises lui ont été dédiées: la première a été construite en 1840, la deuxième, très grande, a été édifiée en 1974.

L’Église de Pantocrator est située dans la suggestive vieille ville.

La zone du port, qui se trouve à proximité de la gare, n’est pas seulement de passage, mais offre aussi une certaine activité culturelle, vu qu’il y a même un théâtre.

Le Théâtre de l’Opéra néo classique Apollon a été construit en 1872.

Pour ce qui est des plages, il y a celle de Lambiri, à l’Est de la ville, parfaite pour les familles. Si l’on préfère quelque chose de plus mouvementé, surtout le soir, il faut plutôt choisir la plage de Rion, à 8 km du centre; il y là aussi un petit casino.

En s’éloignant un peu de Patras, il y a l’une des plages les plus aimées de la Côte de l’Achaïe: la plage de Kalogria; on peut y trouver des coins cachés où pratiquer le nudisme. À Kalogria on peut aussi admirer l’unique acropole mycénienne fortifiée de la Grèce occidentale, le Mur de Dymaeans.

Si l’on désire explorer les environs de Patras, on peut aller, par exemple, à Kalavrita, une localité de montagne que l’on peut atteindre grâce aussi à un petit train à crémaillère.

Nous n’avons donné ici que quelques informations sur la ville de Patras, mais ce n’est certes pas tout: cette ville offre beaucoup plus encore à ses visiteurs!

Côte Amalfitaine en moto

Si vous n’avez pas encore fait le tour de la Côte Amalfitaine en moto, il vous manque l’une des expériences les plus belles qu’un motard puisse faire.

Dépêchez-vous donc de programmer cet itinéraire pour vos prochaines vacances ou pour un week-end!

Vous pourriez, en arrivant par exemple de Naples, prendre la route pour la Côte Amalfitaine (sortie Castellammare di Stabia) et, avant de continuer direction Sorrento (la Côte Amalfitaine est en fait seulement une partie de la péninsule de Sorrento, c’est-à-dire la côte méridionale), vous pourriez rouler quelques kilomètres de plus pour visiter la localité de Gragnano, fameuse pour ses pâtes IGP. Vous n’aurez ici que l’embarras du choix entre les nombreuses maisons qui produisent les pâtes pour les visiter et découvrir ainsi les différentes étapes de la production; à la fin du tour, qui sait s’il n’y aura pas en prime une assiette pleine d’excellentes pâtes bien chaudes!

costiera-amalfitana

Photo CC-BY 3.0 di Paolo Costa Baldi

Reprenez donc la direction de Sorrento et, avant d’arriver, vous découvrirez, depuis le haut de la route, le merveilleux spectacle offert par la baie. Avant de descendre en direction de la ville, un arrêt est vivement recommandé. Vous prendrez des photos et, avec un peu de chance, il y aura aussi, comme d’habitude, le chariot avec les fameux citrons de Sorrento. Vous pourrez ainsi goûter à la meilleure granita du monde entier!

Il faut descendre maintenant jusqu’au centre-ville et, une fois la moto parquée, vous pouvez par exemple visiter le Duomo; il y a de beaux tableaux ainsi que des bas-reliefs en marbre très intéressants.

S’il reste du temps, vous visiterez avec beaucoup de plaisir Capo di Sorrento, qui est un charmant bourg plein de vignes et jardins.

Vous repartez donc en direction de Positano. A ce moment-là, préparez-vous au spectacle qui vous attend à la fin d’un virage; le paysage est tellement beau qu’il est presque impossible de le décrire: maisons, jardins et orangers, échelonnés du haut de la montagne jusqu’à la mer.

À Positano il y a l’Église dell’Assunta qui a une magnifique coupole en faïence. Il est possible, depuis le port de Positano, de prendre le ferry qui va jusqu’à l’Île de Capri.

En repartant de Positano vous apprécierez encore plus le fait de voyager en moto, vu que la route est très étroite et que vous pouvez ainsi apprécier pleinement le panorama: vous avez la montagne à gauche et, à droite, le regard peut plonger jusqu’à la mer d’un bleu fantastique.

Après avoir dépassé la petite localité de Praiano, vous arrivez à Amalfi qui se présente avec le même merveilleux paysage que Positano: maisons suspendues sur la montagne, jusqu’à la mer. En ville, après avoir vu le Duomo, avec son monumental escalier, il est intéressant de visiter le Musée Civique qui conserve le plus ancien code de navigation, le « Tabula Amalphitana ». Vous pouvez aussi aller en barque pour visiter la Grotta di Smeraldo.

De nouveau en moto, après avoir dépassé la charmante Atrani, à pic sur la mer, vous continuez en direction de Vietri sul Mare.

Une fois arrivé à Vietri, il faut absolument faire un tour dans les magasins qui exposent avec orgueil les traditionnelles faïences qui étaient transportées dans tous les ports de la Méditerranée au IXème siècle déjà. Pas très loin de Vietri il y a aussi le Musée de la Céramique où sont exposées de magnifiques céramiques locales produites depuis 1600.

Ce tour sur la Côte Amalfitaine en moto est sur le point de terminer, vous pouvez déjà voir au loin la ville de Salerno. Une chose est certaine: vous n’oublierez pas de sitôt les paysages merveilleux que vous venez de voir.

Il faut encore préciser ce qui suit: les hôtels sur la Côte Amalfitaine sont assez chers, surtout en été, de juin à septembre, et ceux qui sont plus économiques sont vite pleins, donc pensez-y à temps!

Cagliari ce qu’il faut voir

Nous désirons vous faire connaître CAGLIARI, une ville parfaite pour tous ceux qui veulent découvrir la culture sarde.

La Sardaigne (on peut y arriver en bateau) est beaucoup plus qu’une île pleine de discothèques à la mode et de luxueux yachts; on a enfin commencé à apprécier cette région pour ce qu’elle est vraiment: un lieu plein de beautés naturelles, culture et traditions.

cagliari_rathausPhoto CC-BY-SA de Hans Peter Schaefer

Cagliari est le chef-lieu de la Sardaigne; il s’agit d’une cité moderne située au Sud de l’île, au milieu d’un grand golfe entre Cap Spartivento et Cap Carbonara. La ville se trouve sur une colline et ses quartiers arrivent jusqu’à la mer; son port a toujours revêtu un rôle très important pour l’économie locale. Le tourisme est actuellement une grande ressource pour Cagliari qui est très bien reliée par bateau (cliquez ici) aux autres localités de l’île et aux plus grands ports de la côte tyrrhénienne et de la côte méditerranéenne.

Cette zone était déjà habitée à l’âge préhistorique; en effet on peut voir les témoignages de la présence de l’homme préhistorique dans les grottes du Promontoire de S.Elia, de S.Bartolomeo et du Poetto.

La civilisation nuragique est bien visible dans le paysage sarde et le meilleur moyen de connaître et comprendre la Sardaigne est de commencer par visiter le Musée Archéologique National. On pourra y admirer divers objets de l’âge du cuivre et du fer, ainsi que beaucoup d’autres des époques phenicienne, punique, grecque et romaine; on peut sans aucun doute affirmer que dans ce musée sont conservés 2000 ans d’histoire.

L’amphithéâtre romain est un témoignage de la présence des Romains au IIIe siècle, tout comme la Maison de Tigellio qui se trouve à proximité de l’amphithéâtre, dont elle est séparée par le Jardin Botanique. Les pierres des ruines romaines ont été dans le passé en grande partie réutilisées pour la construction des églises.

Dans la Cathédrale on retrouve diverses époques historiques: sa construction est des XIIe et XIIIe siècles et le style est romanique-pisan. La chaire est médiévale et provient de la Cathédrale de Pise; il y a des oeuvres du peintre flamand Gérard David; la crypte des martyrs sardes a été creusée dans les rochers et il y a aussi les tombes des Princes de Savoie.

Les églises sont très intéressantes, comme par exemple l’Église de S.Saturnino, appelée aussi Église des Saints Cosma et Damiano, du Ve siècle, qui est le plus ancien monument chrétien de la Sardaigne; il s’agit en effet de l’un des plus importants témoignages de l’art paleo-chrétien du bassin de la Méditerranée.

Le Sanctuaire de Bonaria, une construction du XIVe siècle, est lui aussi très suggestif; il est dédié à Notre-Dame de Bonaria, la sainte protectrice des marins. On peut y admirer une splendide oeuvre d’un peintre espagnol: « Crucifixion ».

Parmi les fortifications de la vieille ville on trouve: la Tour de l’Éléphant, édifiée au début du XIVe siècle, la Tour de S. Pancrazio datant de 1305, et le Bastion de S.Rémy (Terrasse Umberto I) avec son monumental escalier.

Des deux côtés de Cagliari on trouve les salines, d’une importance primordiale pour l’économie de la ville; les étangs près des salines offrent un spectacle inoubliable lorsque les innombrables oiseaux qui s’y trouvent s’envolent tous ensemble.

À 14 km à peine de Cagliari, en se dirigeant vers l’arrière-pays, on trouve une charmante localité, Assimini, fameuse pour ses céramiques.

Nous avons fait ici seulement quelques exemples de ce qu’il est intéressant de voir dans la merveilleuse ville de Cagliari; une fois sur place, il sera aisé d’en découvrir beaucoup d’autres encore.

Côte Amalfitaine, Marchés de Noël et crèches

La Région italienne de la Campanie est certainement la plus suggestive dans la période de Noël. La ville de Naples attire touristes et voyageurs qui viennent y admirer les fantastiques crèches de S.Gregorio Armeno.

La Côte Amalfitaine est, dans cette période, encore plus suggestive. Son paysage, surtout la nuit avec les lumières, ressemble tout-à-fait à une crèche. Les localités de Positano, Praiano et Amalfi, suspendues entre mer et montagne, avec leurs maisons ancrées sur les roches, offrent à tous les voyageurs, surtout à ceux qui arrivent en bateau (cliquez ici), un spectacle unique qui peut être sans aucun doute considéré comme l’un des plus beaux au monde.

Les premiers signes qui annoncent que Noël est proche sont les lumières colorées qui illuminent toute la côte puis, à partir du 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, commencent les marchés de Noël, ainsi que divers spectacles de théâtre, poésie et concerts sur les places ou dans les églises.

À Positano, sur l’historique Piazza dei Mulini, se déroule le traditionnel marché de l’artisanat. On peut y admirer et acheter tous les personnages des crèches, du plus simple au plus élaboré, mais aussi des céramiques typiques de cette zone, tout comme des objets en papier (dans le passé la fabrication du papier était très importante sur toute la Côte Amalfitaine). Il y a aussi beaucoup d’étalages qui proposent la dégustation des pâtisseries traditionnelles comme, par exemple, les « struffoli »; il s’agit de petites boulettes de pâte sucrée tout d’abord frites puis passées dans le miel et enfin décorées avec de petits bonbons de toutes les couleurs.

positano

Photo CC-BY 4.0 de JeCCo

La « zampogna » a des origines très anciennes (Il s’agit d’une cornemuse); les personnages des « zampognari » font partie de toutes les crèches italiennes, surtout de celles campanes. Dans la période de Noël, ces musiciens défilent, en jouant de la zampogna, dans les rues et les places d’Amalfi, Tovere, Pogerola, Lone, Pastena et Vettica.

Pogerola est fameuse pour ses crèches artistiques; on peut y trouver des statuettes de bergers très anciennes.

À Ravello on peut admirer de fantastiques crèches fabriquées avec du corail.

Dans la Grotte de Fornillo, à Positano, il y a l’une des plus étonnantes crèches que l’on puisse voir: on dirait qu’elle fait entièrement partie des rochers et qu’elle a toujours été là.

Depuis de nombreuses années la tradition veut que des plongeurs mettent la statuette de l’enfant Jésus dans l’incroyable crèche sous-marine de la Grotta di Smeraldo.

Parmi les diverses manifestations qui se déroulent entre Noël et l’Épiphanie, celles qui sans doute font accourir le plus de visiteurs sont les crèches animées qui peuvent être admirées dans plusieurs localités.

La Nativité est bien sûr reproduite dans toutes les églises; l’une des plus fameuses est celle de l’Église del Carmine, à Atrani.

Il est intéressant de visiter les églises de la Côte Amalfitaine, et non seulement pour les crèches; l’Église de L’Assunta de Positano possède une spectaculaire coupole en faïence locale.

Au Duomo d’Amalfi on peut admirer la porte originale qui a été fondue à Constantinople en 1066; depuis le Duomo, on accède au Cloître du Paradis.

L’une des traditions les plus suivies par la population est la bénédiction de l’enfant Jésus (chacun présente à la bénédiction sa statuette de l’enfant Jésus avant de la mettre dans la crèche ).

Amalfi était la première république marinière italienne; de son ancienne puissance navale il ne reste que les ruines de l’Arsenal, une grande construction gothique. De nos jours, en regardant la mer, on voit un incroyable nombre d’embarcations, yachts et bateaux, et ce tout au long de l’année.

Algérie plats typiques

Avant de parler des plats traditionnels algériens, il est utile de préciser ce qui suit:

La cuisine algérienne est très différente suivant que l’on se trouve sur la côte, donc dans les grandes villes comme par exemple dans la capitale Alger, ou au contraire dans l’arrière-pays; dans ce dernier on trouve les vrais plats maghrébins, qui n’ont subi aucune influence étrangère. Au contraire, dans les villes côtières, la cuisine française a beaucoup influencé les plats traditionnels. Sans oublier que, afin de satisfaire les goûts des nombreux touristes qui arrivent chaque jour en avion ou en bateau (cliquez ici) à Alger ou dans les autres villes touristiques, quelques restaurants proposent même la cuisine internationale.

On ne peut cependant pas dire que dans ces villes touristiques il n’y a pas de restaurants qui préparent exclusivement les plats traditionnels algériens; il y en a, bien sûr, mais il faut seulement bien se renseigner pour les dénicher.

Évidemment le couscous, tout comme au Maroc et en Tunisie, ne peut manquer dans la cuisine traditionnelle algérienne. En Algérie le couscous s’appelle KSEKSOU; suivant les divers ingrédients qui le composent, il peut s’appeler MASFOUF, BARKOUKESS, etc.

Nous retrouvons l’ingrédient principal du couscous, donc la semoule, dans de nombreux plats typiques. On peut trouver la semoule dans les soupes ou dans les pâtisseries. Par exemple, le RFISS est à base de semoule, noix, dattes, beurre et fleurs d’oranger; il y a aussi le KHFAF qui est un gâteau de semoule et le TAMMINA, toujours un gâteau de semoule, mais avec du miel.

khfaf_de_kabylie-600x340

Foto CC-BY-SA di Wicanto

On utilise encore la semoule pour les MAHDJOUBA, qui contiennent des tomates et des poivrons; les BAGHRIR sont des beignets de semoule.

On utilise beaucoup de légumes, surtout dans la période du Ramadan, pour des soupes, mais aussi pour des salades comme, par exemple, la FELFA, faite avec des poivrons grillés. Pour préparer le TBIKHA on utilise là aussi de nombreux légumes.

En ce qui concerne les viandes, on les apprête de diverses façons, mais la méthode la plus traditionnelle est la cuisson, avec des légumes, dans les plats à TAJINES.

On retrouve encore la viande dans des boulettes très épicées qui peuvent être à base de poulet, donc les MHAVET, ou bien d’agneau, les METEWAN; les KEFTA ressemblent aux hamburgers.

Le poulet est apprêté de différentes façons: lorsqu’il est frit c’est le YAHNI; cuit à l’étouffée avec des pois chiches, c’est le CHETITHA DJEDJ; lorsqu’on y ajoute des oeufs et du citron c’est le SFERIA; le RECHTA est un plat de poulet avec de la semoule.

Tous ces plats sont généralement accompagnés de pain algérien qui ne contient pas de levure et qui est habituellement cuit dans une poêle. Lors des repas on n’utilise généralement pas de fourchettes, mais on se sert du pain pour prendre les aliments dans les grands plats.

Le LBEN est une boisson typique algérienne à base de lait fermenté; cette boisson est souvent servie avec les pâtisseries, comme par exemple le TCHARAK, qui est en fait un croissant aux amandes.

Les autres boissons le plus utilisées sont le café, préparé à la turque, et le thé, généralement à la menthe. Les vins algériens sont excellents, qu’il s’agisse des rouges, des blancs ou des rosés. Parmi les meilleurs vins algériens il y a ceux qui sont produits dans les vignes de la zone occidentale de l’Algérie, dans les provinces d’Oran et d’Alger.

Bon voyage en Algérie (cliquez ici por réserver un bateau)!

Savone: 10 choses à faire et à voir

Tout le monde connaît la Riviera des Fleurs, ou, à tout le moins, en a déjà entendu parler; mais est-ce qu’on connaît autant bien la Riviera des Palmes? La ville de Savone se trouve ici, sur la côte appelée aussi la « Riviera Ligure di Ponente ». Toute cette zone de la Ligurie, donc la Riviera des Fleurs et la Riviera des Palmes, a été de tout temps, à juste titre, appréciée pour sa beauté par les voyageurs du monde entier.

Savone est un important port touristique et une charmante cité qui, même si elle est pleine d’animation, réussit cependant à être assez tranquille. On voit arriver chaque jour au port navires de croisière, ferries (cliquez ici) et luxueux yachts privés. L’histoire de Savone est très ancienne et la ville est pleine de témoignages de son passé. Il est particulièrement agréable de se promener dans ses ruelles et tout autant agréable de se prélasser sur ses belles plages.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Photo CC-BY-SA 3.0 de Luciano Chiarenza

Voici une liste des beautés, à voir absolument, de cette ville:

– L’Église de S. Giovanni Battista est de style baroque; elle est riche de tableaux et de statues des XVIe et XVIIe siècles. L’Église de la SS. Annunziata est elle aussi de style baroque. L’Église de la SS. Concezione est du XVIIIe siècle.

– La Cathédrale est du XVIe siècle et sa façade est de style baroque. À proximité se trouve la Chapelle Sixtine, voulue par le Pape Sixte IV.

– Il y a à Savone de nombreux palais anciens: l’élégant Palais de La Rovere se trouve dans la vieille ville; il fut construit par Giuliano di Sangallo en 1495. Le Palais Gavotti héberge la Bibliothèque Civique où sont conservés plus de 85.000 volumes et de nombreux et précieux manuscrits. Dans le Palais de l’Évêché se trouvent un Cloître du XIVe siècle et le Musée Diocésain.

– La Forteresse du Priamar est située dans une position stratégique qui domine la ville et le port; elle a été construite en 1542. Actuellement on y trouve le Musée Archéologique et c’est aussi dans les salles de la Forteresse que se déroulent de nombreuses activités culturelles ainsi que des expositions et des concerts. On peut aussi y admirer, dans le parc, la sculpture « La Rose dans le Désert ».

– Pour arriver au port, datant du XIIe siècle, on passe par la Tour de Léon Pancaldo. Cette tour est le symbole de Savone et pour ses habitants elle est tout simplement « La Torretta ». Le nom initial était Tour de la Quarda mais il a été changé en l’honneur de Léon Pancaldo, originaire de Savone, qui accompagna Magellan dans ses voyages.

– À 7 km de Savone se trouve le Sanctuaire de Notre Dame de la Miséricorde, une basilique aux décors fastueux. Dans le Musée voisin on peut admirer des objets sacrés et en or ainsi que des sculptures.

– Albissola Marina, qui est située à 5 km de Savone, est un centre touristique fameux pour son traditionnel art de la céramique. Les plus belles collections de cet artisanat sont conservées dans le Musée de la Céramique qui se trouve à Villa Faraggiana. Dans l’Église de Notre Dame de la Concorde on peut admirer une Nativité datant de 1576 faite entièrement en céramique.

– La station balnéaire de Spotorno se trouve à 13 km de Savone; juste en face de cette localité il y a la petite île de Bergeggi avec son Monastère du Xe siècle. L’île est aussi une réserve naturelle.

– À Noli, qui se trouve à 15km de Savone, il y a de remarquables édifices médiévaux, comme par exemple l’Église romanique de S. Paragonio, du XIIe siècle. On peut y admirer des sarcophages médiévaux et des tombes gothiques.

– Juste après avoir dépassé Noli, en direction d’Imperia, on trouve le Malpasso; ce lieu est absolument spectaculaire car les roches ont une splendide couleur presque rose.

Nouvel-an en Croatie

Comment désirons-nous commencer la nouvelle année ? En skiant sur les pistes enneigées, en visitant des cités historiques, en nous promenant sur des plages désertes, en nous relaxant aux thermes ou bien en dégustant des plats typiques? Tout cela est possible, il suffit d’aller en Croatie pour le Nouvel An!

La Croatie peut en effet satisfaire tout le monde: c’est fantastique de pouvoir choisir parmi toutes les destinations croates celle qui nous convient le mieux. Si nous préférons la côte Nord-ouest, il y a la ville de Rijeka; toujours au Nord, mais dans l’arrière-pays, il y a la capitale Zagreb. En revenant sur la côte, nous trouvons la ville de Umag, puis Zadar et, enfin, tout au Sud, Split.

umag

Photo CC-BY-SA de Marianocecowski

Envie de montagne et de sports hivernaux? Rien de plus simple, en Croatie l’offre  est vaste: on peut aller, près de la capitale, à la station de Slejme (Medvenica) où l’on fera du ski ou du snowboard. À proximité de Rijeka il y la station de Platak, petite mais bien équipée. Presque à la frontière de la Bosnie et à proximité du Parc National de Risnjak, il y a la station de Petehovak (Delnice).

Les thermes sont une bonne solution pour commencer l’année en se relaxant. Il y a aussi, sur tout le territoire croate, de nombreux hôtels avec spas et centres bien-être.

Si l’on préfère fêter la nouvelle année dans les rues, en compagnie de plein d’autres personnes, la capitale Zagreb est parfaite: il y aura de la musique et des feux d’artifice.

La ville de Zadar est très intéressante du point de vue culturel, avec ses églises, comme celle de Saint Donat, en style byzantin, ou la Cathédrale de Sainte Anastasie, en style romanique. Il y a aussi de nombreux musées et la vieille ville, avec sa muraille, est très suggestive.

zadar

Photo CC-BY-SA 2.5 de Böhringer Friedrich

Le centre historique de Umag est lui aussi protégé par les murs anciens; on peut visiter, entre autres, le Dôme, l’Église de Sainte Marie et le Château.

Si l’on aime la mer en hiver, avec les plages libres de chaises-longues et de parasols, on peut découvrir des paysages nouveaux, tout en se promenant en pleine tranquillité. Toute la côte croate est splendide, du Nord au Sud, avec ses pinèdes et ses falaises interrompues par des plages de sable fin. Qu’il s’agisse de Rijeka, Umag, Zadar ou Split, on pourra admirer partout de fantastiques paysages côtiers.

Il y a en Croatie de nombreuses îles qui forment des archipels; toutes ces îles, de la plus petite à la plus grande, offrent un spectacle magnifique. Parmi les plus grandes il y a, par exemple, l’Île de Brač et l’Île de Lissa en face de Split, l’Île de Cres et l’Île de Krk devant la ville de Rijeka, et l’Île de Pag et l’Île de Dugi Otak en face de Zadar.

Les parcs naturels sont une caractéristique importante de la Croatie et, si l’on aime être en pleine nature, il sera certainement agréable de les découvrir. L’un des plus fameux est le Parc National des Lacs Plitvice.

Pour le Nouvel-An, sur tout le territoire croate, les hôtels proposent de nombreux divertissements, ainsi que, pour la plupart d’entre eux, des menus à base de mets traditionnels.

La viande d’agneau ne peut manquer dans les menus de fête, mais la viande de porc ou de boeuf fait aussi partie des plats typiques. Au Nord du pays on prépare le Pena Janjetina (viande d’agneau cuite sous la braise); sur la côte de la Dalmatie on apprécie particulièrement le Pasticada (ragoût de boeuf). Dans la région de l’Istrie, il y a le Prsut (jambon fumé au goût très prononcé). Parmi les pâtisseries traditionnelles il y a les Palacinke, qui sont des crêpes sucrées; le Maraschino est une liqueur typique croate  (c’est un distillé de griottes).

Bon voyage et Joyeux Nouvel-An en Croatie! Cliquez ici pour réserver un billet de bateau pour la Croatie, cliquez ici!